ILEEMB3

Vendredi 21 septembre, une chaude journée s’annonce pour la première sortie de la classe environnement avec quatre de leurs professeurs, Mme Riquelme, Mme Belloc, M. Laborieux et M. Peyret. Direction le port du Brusc puis l’île des Embiez. Le but, découvrir le littoral méditerranéen, sa biodiversité et l’influence de l’Homme.

Avant l’embarquement, les élèves ont la chance d’observer sur le quai des pêcheurs au travail. Deux d’entre eux coupent des filets endommagés afin d’en récupérer les cordages pour en refaire de nouveaux, un autre rentre juste de la pêche avec son pointu. Il retire les poissons de son filet : des saupes, des sars, des rascasses et même un barracuda. Les barracudas sont des poissons des mers chaudes mais on les rencontre en Méditerranée depuis plusieurs années à cause du réchauffement climatique.

ILEEMB4    ILEEMB6

ILEEMB10   ILEEMB7

                                                                                                                                                                                                            

Arrivés sur l’île, nous longeons le port par l’Ouest et découvrons avec surprise un poulpe sur le fond, une grande première pour certains élèves !

ILEEMB8    ILEEMB1

Sur la plage des Salins, nous prenons quelques mesures : température de l’air, hygrométrie, luminosité, vitesse du vent. Pas de vent ce matin et déjà presque 28°C à 9h30.

ILEEMB9  ILEEM12

                                                                                    

Nous poursuivons le tour de l’île vers l’Institut océanographique Paul Ricard. Au musée méditerranéen, les élèves découvrent les espèces qui peuplent deux biotopes particuliers, l’herbier de posidonies et le tombant rocheux (depuis la surface jusqu’à 40 mètres de fond). Ils font ensuite le tour des aquariums où ils découvrent des mérous, sars, saupes, girelles, castagnoles, hippocampes, rascasses, balistes…

ILEEMB13

Après cette visite, nous assistons une courte conférence sur la Méditerranée, l’occasion de comprendre que cette mer presque entièrement fermée est très influencée par l’Homme : la population des pays qui la bordent (près de 150 millions de personnes), les touristes qui y affluent chaque année (200 millions de personnes), sans compter les transports maritimes. La Méditerranée est la sixième plus grande zone d’accumulation de déchets marins (essentiellement plastique) et elle subit des migrations d’espèces à cause de son réchauffement.

ILEEMB11

Pourtant, quand nous quittons l’Institut pour poursuivre notre route, c’est une mer à l’eau limpide que nous pouvons admirer. Nous descendons sur la plage Saint-Pierre et en quelques minutes les élèves trouvent une petite quantité de déchets pour la plupart plastiques dans la laisse de mer. Nous découvrons aussi sur les rochers trois concombres de mer ou holothuries. 

ILEEMB15   ILEEMB17

                                                                                                                                     

ILEEMB14    ILEEMB20

                                                                                    

Nous reprenons notre route sur le sentier du littoral et observons des plantes du bord de mer : la criste marine ou fenouil marin, est capable de survivre malgré la quantité de sel qu’elle reçoit lorsque les rochers où elle pousse sont atteints par les vagues. Les griffes de sorcière, une plante invasive provenant d’Afrique du Sud envahit les espèces endémiques : salsepareille, pistachier lentisque, asperge sauvage…

ILEEMB21   ILEEMB19

                                                                                            

Plus loin sur le chemin, des pins d’Alep ont une allure très particulière : c’est l’anémomorphose. A cause du vent d’Ouest et des embruns qu’ils reçoivent, ils prennent une forme penchée. Mais l’ombre qu’ils procurent est la bienvenue pour faire la pause déjeuner.

ILEEMB22

Avec la chaleur, il est difficile de reprendre la route pour atteindre le sommet de l’île, sur la colline du Coucoussa, mais le vent se lève un peu pour nous rafraîchir. Trois faucons crécerelles en profitent pour planer et sont finalement chassés par des corneilles.

ILEEMB23    ILEEMB27

ILEEMB24

Une magnifique vue nous attend à la tour de la Marine : au Sud, la Méditerranée, au Nord, les monts toulonnais, à l’Est, la lagune du Brusc et le Cap Sicié. Ce point haut est aussi l’occasion aussi pour M. Laborieux de montrer aux élèves comment l’Homme a aménagé les littoraux : autrefois des forts et tours en hauteur pour voir les ennemis qui arrivent par la mer, les ports dans les zones protégées, l’agriculture, les infrastructures touristiques…

ILEEMB31    ILEEMB25

ILEEMB28   ILEEMB32

                                                                                    

Nous redescendons et retournons tranquillement vers le port par la côte Est de l’île, ce qui nous permet de repérer l’île du Gaou et les anciens salins.

ILEEMB26